Syrie : L’enfer de Damas

23/02/2018 Louvain – Selon un rapport que la Fondation Aide à l’Église en Détresse a reçu de l’organisation « Caritas Internationalis », la situation dans la capitale syrienne est dramatique. Les gens osent à peine quitter leur maison.

Au cours des trois derniers jours, Damas et ses environs – y compris la Ghouta orientale, la partie contrôlée par les rebelles – ont subi une augmentation soudaine de la violence. Il est fait état de plus de 250 personnes tuées.

Dans son rapport, Caritas déplore que l’opinion publique « néglige une partie de l’histoire syrienne », et souligne le fait « que la plupart des nouvelles se concentrent sur les frappes aériennes russes et syriennes contre la Ghouta orientale, la situation humanitaire sur place, les victimes et les besoins, mais relatent à peine la situation à l’intérieur de la ville de Damas, qui a été attaquée par des obus de mortier depuis le début de 2018 ».

« Du 5 février jusqu’à aujourd’hui, plus de 200 obus de mortier ont frappé les quartiers de l’est de Damas, causant plus de 28 morts et 90 blessés », explique le rapport. « Ce sont surtout les quartiers de Bab Touma, Abbassyin, Kassaa, Koussour et Jaramana qui ont été touchés par ces obus de mortier depuis le 22 janvier ». C’est dans ces quartiers que se trouvent la zone chrétienne, la plupart des bureaux de Caritas et les couvents de la ville.

Selon une autre source consultée par l’Aide à l’Église en Détresse, les attaques ont continué tout au long de la journée d’hier (mercredi) et ont été particulièrement violentes pendant la nuit, tandis que selon des sources non confirmées, an total 51 obus sont tombés sur le quartier de Bab Touma et d’autres parties de la ville antique de Damas. Le bilan est de plus de 42 personnes gravement blessées et douze morts. Toutefois, le nombre de morts semble être beaucoup plus élevé.

Plusieurs obus sont tombés très près du couvent de Sœur Annie Demerjian, laquelle, dans une conversation téléphonique avec l’Aide à l’Église en Détresse, a confirmé qu’elle-même ainsi que les autres résidents du couvent avaient échappé de peu à la mort, parce que « grâce à Dieu, les obus n’avaient pas explosé », sinon elle-même et quelques étudiants « auraient été blessés ou tués ». Ce fut l’un des jours les plus meurtriers du conflit dans la capitale syrienne. La religieuse de la Congrégation de Jésus et de Marie donne cette description : « Hier, c’était l’enfer. Il y a eu tant de blessés… Les fenêtres tremblaient et les bombes pleuvaient dans le ciel ».

Sœur Annie

Sœur Annie, avec qui la Fondation Aide à l’Église en Détresse développe de nombreux projets de pastorale et d’aide d’urgence en Syrie, a décrit comment une autre sœur de sa congrégation, Sœur Manal, a dû courir dans les rues pour esquiver les bombes : « J’avais la sœur au téléphone pendant qu’elle courait. J’ai dit : « Ne raccroche pas, reste au téléphone ! Sœur Manal disait : On ne voit plus le ciel. Il est devenu noir ».  Finalement, Sœur Manal est revenue indemne au couvent. « Le Seigneur a été bon avec nous. Jusqu’à présent, aucune de nous n’a été blessée, mais beaucoup d’autres personnes ont souffert ».

Dans son rapport, Caritas signale une autre attaque, le 8 février, dans laquelle « environ 70 obus de mortier ont frappé de nombreux quartiers de Damas, faisant plus de 30 blessés, cinq morts et d’énormes dommages matériels sur des appartements, des magasins et des voitures ».

Le même bureau national de Caritas Syrie a été touché le 11 février lorsque « sept obus de mortier ont frappé le quartier de Janayen Al-Wared, à quelques mètres du bureau. Heureusement, notre bureau était fermé car c’était le week-end ». Cependant, les obus ont fait « beaucoup de blessés parmi les civils ».

« Les gens de Damas sont très déprimés. Ils se sentaient optimistes au cours des derniers mois, et pensaient que la fin de la guerre était venue. Maintenant, c’est comme si tout avait recommencé à zéro. La plupart des familles qui vivent dans la partie orientale de la ville ne peuvent plus envoyer leurs enfants à l’école depuis les attaques du 22 janvier. Les rues principales et les places qui sont habituellement très encombrées pendant la journée sont maintenant presque vides. Chacun est très prudent dans ses mouvements ».

La montée de la violence est liée à une vaste offensive lancée le 1er janvier 2018 par des groupes liés à Al-Qaida pour s’emparer d’une base militaire clé dans la partie orientale de la capitale Damas. Cette base, connue sous le nom de “The Vehicle Base”, contient un grand nombre de soldats, ainsi que d’importants dépôts d’armes. Depuis lors, les forces gouvernementales tentent de reprendre le contrôle des zones contrôlées par les groupes rebelles. En conséquence, la population civile des deux camps souffre des combats continus entre les groupes rebelles armés et l’armée syrienne.

Les autorités de médecine légale du gouvernement syrien ont rapporté au moins 35.000 victimes depuis 2011 par obus et tirs de tireurs embusqués.

« S’il vous plaît, priez pour nous en Syrie, et aidez-nous à parler à voix haute de cette partie de l’histoire, qui est négligée, et qui affecte gravement nos vies et celles de nos proches » conclut le rapport.

Sœur Annie demande aussi des prières pour son pays : « Nous devons continuer. La vie est plus forte que la mort. Nous ne savons pas combien de temps cette violence se poursuivra, mais elle ne peut pas durer éternellement. S’il vous plaît, priez pour nous. Pour nous, le chemin est la prière ».

Le Père Andrzej Halemba, chef de projet pour la Syrie de la Fondation internationale « Aide à l’Église en Détresse » se joint avec force à cette pétition « en faveur des chrétiens syriens qui vivent en ce moment des moments extrêmement difficiles ». « Nous appelons également à la cessation des hostilités et des bombardements dans la ville de Damas, où vivent de nombreux chrétiens, ainsi que dans la Ghouta, où il y a aussi des centaines de civils. Dans ces deux endroits, les gens sont terrifiés jours et nuits par les attaques incessantes ».

La Syrie est un pays prioritaire pour l’Aide à l’Église en Détresse, et l’année dernière, l’organisation caritative a réalisé plus de 140 projets là-bas, la plupart d’entre eux étant des projets d’aide d’urgence, notamment en matière de nourriture, de logement et de médicaments, mais elle soutient aussi les congrégations religieuses, le travail pastoral, fournit des honoraires de messe, et finance les réparations d’églises et de couvents détruits par la guerre.

Par Maria Lozano

Doe een gift

Schrijf me in voor de digitale nieuwsbrief

Voor een goed databeheer hebben we deze gegevens nodig. Ons privacybeleid